Un pansement dentaire scelle la dent, protégeant la pulpe des bactéries et réduisant la sensibilité. Il est mis en place lorsqu’une dent doit être évaluée ou que le temps dont on dispose ne permet pas une restauration finale. Les pansements dentaires sont utilisés pour protéger temporairement la dent. Ils recouvrent la partie préparée de la dent afin de stabiliser l’espace occlusal ainsi que les points de contact. Mais, quelles sont les dernières avancées en matière de pansements dentaires ? Vous le découvrirez en lisant la suite de cet article.

Présentation des pansements dentaires

Un pansement dentaire est une obturation dentaire qui n’est pas conçue pour durer. Ce sont des matériaux intermédiaires qui peuvent avoir des propriétés thérapeutiques. Il est couramment utilisé lorsque le traitement radiculaire dure plus d’un rendez-vous.

Dans quels cas avoir recours un à pansement dentaire ?

Fonction

Un pansement dentaire fournit un sceau adéquat contre la pénétration de bactéries, de fluides et de matières organiques dans le système canalaire. Il prévient l’infiltration de médicaments et adhère à la structure de la dent. Il reproduit les contours des dents pour faciliter le nettoyage et préserver l’espace. Il isole le tissu pulpaire et maintient la relation péridontale. Pour remplir ce rôle, il doit satisfaire à un certain nombre d’exigence :

  • Il doit être facilement retiré de la cavité.
  • Il doit avoir un effet sédatif sur la dent et favoriser la guérison de la pulpe.
  • Il doit avoir une dureté raisonnable et résister à l’abrasion.
  • Il doit être radio-opaque.
  • Il doit avoir un temps de prise raisonnable.
  • Il doit être pourvu de propriété anti bactérienne.
  • Il doit avoir une intégrité marginale.
  • Il doit avoir une faible absorption et une faible solubilité dans l’eau.

Il est censé ne pas durer longtemps, car il s’use plus rapidement. Il dure environ six à huit semaines, surtout s’il est lié au canal radiculaire. Veuillez noter que le non-retour chez le dentiste peut entraîner la destruction définitive de la dent, entraînant une carie, une infection des gencives et une possible perte de la dent.

Matériaux

Tout au long de l’histoire, une grande variété de matériaux a été utilisée comme pansements dentaires. Bien que de nombreux matériaux soient disponibles, il n’existe aucun matériau qui satisfasse à tous les critères. Vous trouverez ci-dessous une brève description des matériaux utilisés. En se basant sur la composition, on distingue :

  • la cellulose régénérée oxydée
  • le vernis de Whitehead
  • la solution de Carnoy
  • l’oxyde de zinc
  • l’alvogyl

La cellulose régénérée oxydée est utilisée comme agent hémostatique, principalement par interaction chimique avec le sang. Ce matériau forme une masse gélatineuse lorsqu’il est mélangé avec du sang et fonctionne comme un caillot sanguin artificiel. En raison de son pH bas, il peut également avoir des effets antimicrobiens. La cellulose régénérée oxydée s’est avérée être relativement biocompatible.

Le vernis de Whitehead a été décrit pour la première fois par Walter Whitehead en 1891 pour une utilisation après une résection de la langue. Le vernis original utilisé par Whitehead contenait de l’iodoforme, de l’éther et de la térébenthine. L’iodoforme (tri-iodométhane) est un composé antiseptique de formule chimique CHI3. Comme avantage, ce pansement prévient le suintement capillaire, soulage la douleur postopératoire et permet au patient de se nourrir sans problème.

La solution de Carnoy est un fixateur tissulaire utilisé principalement dans la préparation d’échantillons histologiques. Elle est composée de chloroforme, d’acide acétique et de sulfate ferrique, dans un solvant à base d’alcool. La solution de Carnoy est utilisée afin de faciliter le retrait des doublures. Plus particulièrement, son utilisation a été recommandée avant l’énucléation des tumeurs odontogènes ératocystiques.

L’oxyde de zinc peut être combiné avec d’autres matériaux pour former une pâte ou un ciment, qui peut-être utilisé pour recouvrir les tissus gingivaux ou les alvéoles d’extraction. Ces matériaux agissent comme une barrière physique contre l’entrée d’aliments ou d’autres matériaux. On distingue les types contenant de l’eugénol et ceux ne contenant pas d’eugénol.

Alvogyl est un matériau breveté dont les ingrédients actifs sont le butamben, l’iodoforme et l’eugénol. Il est principalement utilisé pour le traitement de l’ostéite alvéolaire. Le Butamben est un anesthésique local à base d’ester dont le nom chimique est le 4-aminobenzoate de butyle. L’iodoforme est un agent antimicrobien à base d’iode. C’est une huile essentielle qui provient de nombreuses plantes, notamment des clous de girofle.

Propriétés

Les propriétés antibactériennes des pansements dentaires peuvent servir de barrière sélective contre les bactéries qui pénètrent dans le système canalaire. Un matériau possédant une bonne étanchéité et des propriétés bactéricides peut être avantageux pour prévenir l’invasion bactérienne.

L’absorption et la solubilité de l’eau devraient être minimes. Habituellement, l’absorption d’eau précède des événements tels que les modifications volumétriques, le gonflement et un ramollissement des matériaux. Ces évènements peuvent compromettre leur microstructure et, par conséquent, leur étanchéité.

Ils devraient fournir une bonne stabilité dimensionnelle marginale, une porosité minimale et une résistance à l’abrasion et à la compression. Tout ce qui précède est essentiel pour leur fonctionnement optimal en thérapie endodontique, à savoir sceller correctement la cavité d’accès.

Dent

Présentation des dernières avancées en matière de pansements dentaires

La plupart des professionnels dentaires conviendraient que l’utilisation de composites et de matériaux adhésifs a changé la pratique dentaire. Mais à mesure que la technologie se développe et produit de nouveaux matériaux, des possibilités futuristes apparaissent qui pourraient changer la médecine.

Un jour, les matériaux de comblement dentaire pourraient même produire des antibiotiques pour la cavité buccale, comme l’a suggéré un professionnel interrogé. Avant d’avancer trop loin, examinons où se trouvent les matériaux de restauration dentaire, où ils vont maintenant et où ils pourraient aboutir à l’avenir.

De nouveaux matériaux

Au grand soulagement des professionnels des soins dentaires du monde entier, les pansements à l’amalgame ont réellement évolué lors de l’arrivée des composites de résine dans les années 1960. Il restait quelques problèmes à régler en termes d’apparence et de durabilité. Au début des années 2000, les résines composites avaient été considérablement améliorées et pouvaient être utilisées à long terme pour les restaurations postérieures.

Malheureusement, la première décennie des années 2000 n’a apporté que peu d’amélioration aux résines, a déclaré Larry Clark, directeur des affaires cliniques et du marketing chez Pulpdent. L’un des principaux avantages des résines composites et des verres ionomères est que ces matériaux ont inspiré l’innovation dans le domaine de la dentisterie restauratrice. Aujourd’hui, les matériaux de pansement ont évolué pour devenir plus esthétiques, plus résistants à l’usure, faciles à utiliser et à placer.

Des produits plus faciles à utiliser

Maintenant que les matériaux de restauration se sont améliorés pour devenir plus solides et plus esthétiques que jamais, l’industrie connaît ce que beaucoup appellent une tendance à la simplification.

Si vous remontez à la fin des années 90 et au début des années 2000, de nombreuses entreprises lançaient des systèmes d’ombrage complets en termes de technologie composite, avec jusqu’à 25 ou 36 nuances. Mais nous avons constaté une tendance à la simplification. Nous constatons qu’avec les technologies actuelles, vous pouvez condenser le nombre de nuances qu’un médecin a à gérer. Maintenant, une nuance matériau peut recouvrir plusieurs teintes.

Comme les dentistes peuvent maintenant se sentir à l’aise avec les performances cliniques de la plupart des matériaux sur le marché, ils recherchent de plus près les matériaux qui leur conviennent le mieux. La conversation sur les matériaux évolue vers ce qui est important pour le dentiste en termes d’application, à savoir la facilité de mise en place et le résultat final.

Présentation des pistes en cours d’exploration

Les pansements dentaires ont été étudiés depuis le début de la dentisterie. Aujourd’hui, avec le développement de nouvelles technologies basées sur la conception assistée par ordinateur et la fabrication assistée par ordinateur, des matériaux constamment nouveaux et améliorés sont produits.

L’ère du digital

L’ère de la dentisterie numérique est une réalité. De la gestion administrative d’une clinique via un logiciel à la rédaction d’un guide chirurgical pour la pose d’implants, il existe une séquence de procédures impliquant des fichiers numériques. Les pansements ne font exception.

Parallèlement à cette avancée, de nouveaux matériaux ont été introduits sur le marché dentaire. Le taux d’échec a forcé le développement de matériaux plus résistants avec une phase cristalline plus grande (vitrocéramique au disilicate de lithium et céramique de silicate de lithium renforcée au zircone).

Ces matériaux sont recommandés pour les situations cliniques d’impact masticatoire élevé. L’optimisation du temps des dentistes et des techniciens a été un facteur clé dans l’incorporation de techniques esthétiques et résistantes.

Les matériaux à base de polyétheréthercétone (PEEK) et de polyméthacrylate de méthyle réticulé ont également subi une grande évolution par l’augmentation de leur densité et la diminution de leur porosité.

Des composites à base de résine conçues par ordinateur ont également été incorporés en tant que solution clinique prévisible avec de meilleures propriétés biomécaniques qui ressemblent au module d’élasticité de la dentine et une meilleure résistance à la propagation des fissures.

Les matériaux hybrides constituent également une nouveauté dans le domaine des matériaux dentaires car ils incorporent une matrice céramique infiltrée de polymères, de sorte qu’ils combinent les avantages des deux matériaux et atténuent leurs inconvénients.

Dentition

Vers des matériaux bioactifs

Les matériaux bioactifs ont été une partie importante de la conversation sur l’avenir de la dentisterie pendant un certain temps. Les chercheurs et les dentistes savent que les pansements hydrophobes traditionnels seront probablement supprimés dans le futur et remplacés par quelque chose qui puisse réellement interagir avec les tissus vivants qui les entourent.

Les matériaux bioactifs ont le potentiel de résoudre la principale cause d’échec dans les restaurations et la cimentation: la micro-fuite. Les technologies actuelles utilisent des matériaux hydrophobes et passifs. Les matériaux hydrophobes ne permettent pas l’échange d’ions avec la structure de la dent et peuvent provoquer des micro-fuites.

Les recherches se concentrent maintenant sur les résines bioactives, qui sont hydrophiles et contiennent des minéraux qui peuvent interagir avec la structure de la dent. Cela contribue à créer une étanchéité et à prévenir les micro-fuites. Bien que ces matériaux soient déjà disponibles sur le marché, l’avenir en offrira plus en termes d’application.

Les chercheurs continueront à trouver de nouvelles applications pour les matériaux bioactifs. Ce sera des pansements qui stimulent la régénération des tissus. Le but ultime de ces avancées sera d’améliorer les résultats pour les patients avec des procédures moins invasives. Les matériaux dentaires continueront d’évoluer. Cependant, le matériau idéal n’existe pas et n’équivaut pas à l’émail et à la dentine.

Des recherches supplémentaires sur le comportement clinique, les applications cliniques et la caractérisation biomécanique des nouveaux matériaux dentaires sont nécessaires pour une meilleure compréhension et une sélection adéquate par les cliniciens et les prothésistes dentaires. .

Sources :