La spasmophilie ou maladie invisible ou encore tétanie est avant tout un ensemble de troubles liés essentiellement à une hyperexcitabilité neuromusculaire. La spasmophilie est causée par une carence en calcium intracellulaire. Dérivée du grec «spasmo» (tendance au spasme), la spasmophilie est une forme de fatigue associée à un stress intense, à l’anxiété et à la dépression. La crise de spasmophilie est très fréquente lors des changements de saison. Elle entraîne une diminution de l’énergie, ainsi que des difficultés à se déplacer et à se mettre en relation avec les autres.

Qu’est-ce que la spasmophilie ?

Elle se manifeste par une hyperexcitation neuromusculaire et une hyperventilation. C’est une condition complexe que tout le monde ne reconnaît pas. La spasmophilie est l’apparition de crises similaires à une crise de panique. Elle touche principalement les femmes et surtout les personnes dont l’âge varie de 15 à 45 ans.

crise de spasmophilie
Cette pathologie est un syndrome regroupant un certain nombre de symptômes liés à un état d’anxiété.

À la base de la spasmophilie, il existe une hyperexcitabilité nerveuse et musculaire, généralement latente, mais avec des manifestations hétérogènes en termes d’intensité et de localisation. La spasmophilie n’est pas en soi une maladie grave, mais elle peut être le signe d’une affection plus profonde, également liée à certaines maladies.

C’est une affection non constante dans le temps, qui a tendance à disparaître et à réapparaître sans raison apparente. Une crise peut être caractérisée par des spasmes musculaires localisés dans certaines zones du corps. Elle peut toucher la zone musculo-squelettique mais aussi la zone viscérale, avec des dysfonctionnements alimentaires, ainsi que des crampes gastriques, intestinales ou biliaires.

Les causes de la crise de spasmophilie

Les mécanismes à l’origine de cette maladie sont assez déroutants. De l’avis de certains spécialistes, elle serait une réaction disproportionnée face à une situation angoissante ou stressante. Cette peur fait apparaître des symptômes qui eux-mêmes nourrissent la peur. C’est une sorte de cercle vicieux.

Une autre hypothèse est que la spasmophilie serait causée par une carence chronique en calcium et en magnésium, deux minéraux qui contribuent à la contraction musculaire et à la transmission des signaux nerveux. Cela expliquerait l’hyperexcitabilité neuromusculaire.

Les causes comprennent également en compte les troubles du sommeil qui seraient en partie responsables de la neurodystonie et de l’asthénie. La spasmophilie constitue un syndrome encore peu connu. Selon certains spécialistes, elle pourrait avoir une origine :

  • métabolique (associé à une carence en calcium, magnésium, potassium et vitamine D)
  • enzymatique (des mécanismes enzymatiques modifiés peuvent interférer avec l’influx nerveux involontaire)
  • nerveux (le stress peut être un déclencheur de la maladie)
  • génétique (liée à l’hérédité)

Symptômes et solutions

Les symptômes d’une crise de spasmophilie sont légion. Heureusement, la médecine moderne en possède des solutions plus ou moins efficaces.

Symptômes d’une crise de spasmophilie

Plusieurs symptômes de la spasmophilie sont liés à la détresse. Le premier, et sans doute le plus important, est l’hyperventilation, Ce symptôme se traduit par une accélération de la fréquence respiratoire. Cela provoque une sensation de tiraillement, une respiration irrégulière et un besoin d’air.

Vous pouvez également remarquer une tétanie musculaire composée de picotements, d’engourdissements, de crampes, de contraction intense et douloureuse des muscles qui provoque des difficultés à ouvrir la bouche, ainsi qu’un recourbement de la main ou du pied. La personne atteinte souffre généralement d’une asthénie physique ou intellectuelle (une fatigue intense, qui se manifeste notamment au réveil).

En plus des spasmes, cette maladie est très souvent corrélée à d’autres symptômes plus généraux :

  • Épuisement
  • insomnie
  • Nervosité
  • Oppression thoracique
  • Mal de crâne

Le sentiment général de fatigue chronique que ressentent les sujets est l’un des symptômes les plus courants, mais aussi l’un des plus sous-estimés. Si vous souffrez de ce trouble accompagné d’autres symptômes énumérés ci-dessus, il est bon de faire une visite pour écarter des causes plus graves.

Une crise de spasmophilie est très souvent frappante et varie selon les personnes. le sujet atteint peut souffrir de troubles :

  • sensoriels (sueurs froides, frissons, tremblements);
  • digestifs (nausées, douleurs abdominales, spasmes intestinaux);
  • cardiaques (douleurs thoraciques, palpitations, tachycardie);

Solutions : Traitements médicaux de la crise de spasmophilie

Suivre une thérapie peut aider à limiter ou à éliminer les crises de spasmophilie. La thérapie cognitive et comportementale est la thérapie la plus utilisée. En cas de crise, il est essentiel de contrôler votre respiration. Vous pouvez y arriver en respirant dans un sac en plastique ou en papier. Pour éviter d’alimenter le cercle vicieux il est conseillé de penser à autre chose.

Un traitement médicamenteux à base d’antidépresseurs peut aider à la réduction de la fréquence des crises. Cependant, une attention particulière doit être portée aux effets secondaires et à une éventuelle dépendance à ces mêmes médicaments.

solutions naturelles
Le recours à une combinaison d’huiles essentielles constitue une solution naturelle pour venir à bout d’une crise de spasmophilie.

Les solutions naturelles

Les remèdes naturels peuvent aider à soulager les crises de spasmophilie que vous ne pouvez pas contrôler.

Combinaison d’huiles essentielles pour calmer une crise de tétanie

Lors d’une crise, mélangez 120 gouttes d’huile essentielle de lavande, 20 gouttes d’huile essentielle de bois de rose et 60 gouttes d’huile de bergamote. Ajoutez cette combinaison à un diffuseur d’aromathérapie et vous verrez l’effet calmant.

Tisane

Une autre option est de préparer une tisane avec 50g de tilleul, 50g de mélisse et 50g de passiflore. Donner à boire au patient une tasse du mélange. Lorsque les symptômes semblent réapparaître, buvez une tasse trois fois par jour, en dehors des repas.

Activité physique régulière

Même pratiquer une activité physique régulière, en fonction de votre santé et de votre motricité, peut être une aide valable pour garder les états nerveux et l’anxiété à distance. Le mouvement stimule également la production d’endorphines qui ont des effets bénéfiques sur l’humeur.

N’oubliez pas que ces remèdes sont des compléments au traitement principal. Les effets des herbes seront multipliés si vous recevez la thérapie multidisciplinaire appropriée.

Diagnostic

Tout au long d’une consultation concernant un éventuel cas de tétanie, le patient peut se plaindre d’une certaine faiblesse musculaire, de crampes, de spasmes, de contractions musculaires, d’une sensation de picotement dans les organes distaux (doigts, nez, pieds), du visage et de la langue. Ils peuvent également présenter une fatigue prononcée avec des signes de dépression et d’hallucinations.

Lors de l’examen du patient, il est important de vérifier s’il y a une diminution du contrôle musculaire, un manque de réflexes, une perte de mouvement ou de coordination. Il faut également confirmer s’il y a eu perte de symétrie et de mouvement volontaire.

La concentration sérique en calcium, en magnésium, en vitamine D, en protéines, en phosphore, ainsi qu’en hormones thyroïdiennes et parathyroïdiennes peut servir à confirmer le diagnostic. Des tests spécifiques peuvent être effectués pour évaluer l’activité électrique musculaire (électromyographie), ainsi que l’activité nerveuse. L’idée est d’écarter d’éventuelles maladies neuromusculaires.