Le CADASIL est une maladie génétique très rare. Cette maladie, qui touche les petits vaisseaux sanguins du cerveau, se traduit par divers signes et symptômes neurologiques, ainsi que des dysfonctionnements neuropsychologiques.

Définition

L’artériopathie cérébrale autosomique dominante avec infarctus sous-corticaux et leuco-encéphalopathie, mieux connue sous son acronyme en anglais CADASIL, est une maladie génétique rare qui affecte les petits vaisseaux sanguins du cerveau. Elle provoque une mauvaise circulation sanguine dans certaines zones du cerveau, provoquant des symptômes qui varient considérablement d’un patient à l’autre. La maladie, connue sous le nom de CADASIL, est une cérébropathie à transmission autosomique dominante.

CADASIL
CADASIL est une maladie très rare, à tel point que dans le monde, on estime qu’il n’y a que 500 familles touchées par cette maladie.

Causes du Cadasil

Le CADASIL est causé par des modifications (mutations) du gène NOTCH3. Le gène NOTCH3 contient des instructions pour créer une protéine qui est principalement exprimée dans les cellules musculaires lisses des parois des petites artères.

Les mutations du gène NOTCH3 entraînent une accumulation anormale de cette protéine à la surface des cellules musculaires lisses. En fin de compte, les mutations NOTCH3 entraînent des lésions progressives des petits vaisseaux sanguins du cerveau, une destruction prématurée des cellules musculaires lisses, un rétrécissement de la lumière et un épaississement de la paroi vasculaire des petits vaisseaux sanguins.

Des accumulations protéiques microscopiques de débris appelés matériel osmiophile granulaire (GOM) s’accumulent dans les vaisseaux sanguins des patients CADASIL. En conséquence de ces changements, il y a une réduction du flux sanguin vers le cerveau provoquant de petits accidents vasculaires cérébraux, de petits saignements et une perte de tissu à la surface du cerveau.

Le CADASIL est hérité de façon autosomique dominante. La plupart des personnes atteintes de CADASIL ont un parent atteint de la maladie, mais le CADASIL peut être dû à une mutation génétique spontanée qui survient pour des raisons inconnues. Dans ces rares cas, il n’y a pas d’antécédents familiaux de la maladie. Le risque de transmettre le gène anormal du parent affecté à la progéniture est de 50% pour chaque grossesse. Le risque est le même pour les hommes et les femmes.

Symptômes

D’un point de vue clinique, la maladie de Cadasil est caractérisée par la présence de :

  • migraines
  • événements cérébrovasculaires récurrents
  • accident vasculaire cérébral
  • accident ischémique transitoire à divers endroits
  • troubles psychiatriques
  • anxiété
  • apathie
  • démence sous-corticale

Ces manifestations peuvent varier selon les familles et même entre les différents membres d’une même famille. L’âge moyen d’apparition est d’environ 40 à 45 ans, mais si la migraine est considérée comme un symptôme d’apparition, elle tombe à 20-25 ans.

Les migraines sont généralement la première manifestation de la maladie et apparaissent dans la troisième décennie de la vie. Elles surviennent chez 30% des patients. Elles peuvent être précédées d’une aura typique ou atypique.

Les événements vasculaires cérébraux sont la manifestation la plus courante du Cadasil, touchant 70% des patients. Ils sont sous-corticaux et se présentent généralement sous forme de syndromes lacunaires, bien qu’ils puissent également se présenter sous forme d’accidents ischémiques transitoires. Ils apparaissent généralement entre la quatrième et la cinquième décennie. Des études récentes montrent un âge moyen de 57 ans.

10 à 20% des patients développent des troubles psychiatriques, principalement des troubles de l’humeur ou une psychose. Ceux-ci sont souvent liés au déclin cognitif. Enfin, les patients développent une démence sous-corticale entre la sixième et la septième décennie de leur vie.

Diagnostic

Le CADASIL est suspecté sur la base des symptômes, des antécédents familiaux et des lésions cérébrales IRM compatibles avec la maladie. Bien que l’IRM puisse identifier des changements caractéristiques dans le cerveau des personnes atteintes de CADASIL, ces changements ne sont pas propres au CADASIL et peuvent survenir avec d’autres troubles. En tant que tel, le diagnostic du CADASIL ne peut être confirmé que par des tests ADN d’échantillons sanguins.

Prise en charge et traitements

À l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement qui puisse guérir la maladie ou empêcher son apparition. Les patients doivent être traités pour des facteurs susceptibles d’endommager davantage les vaisseaux sanguins, tels que l’hypertension, et doivent être encouragés à s’abstenir de fumer.

Les migraines peuvent être traitées avec des analgésiques traditionnels tels que l’acétaminophène ou les AINS. Les autres médicaments couramment utilisés pour traiter les crises migraineuses aiguës telles que la vasoconstriction, ne sont pas recommandés chez les patients atteints de CADASIL.

Des médicaments tels que les antihypertenseurs, les anticonvulsivants et les antidépresseurs peuvent être utilisés pour la prévention des migraines chez les patients souffrant de CADASIL.

Un traitement médicamenteux pour la dépression ou d’autres anomalies psychiatriques est parfois nécessaire. Le soutien psychologique est souvent essentiel et le conseil génétique est recommandé pour les personnes touchées et leurs familles.

Lorsque l’hypertension, le diabète ou l’hypercholestérolémie (taux de cholestérol élevé) sont également présents, ils doivent être traités. Les soins de soutien, y compris une aide pratique, un soutien émotionnel et des conseils, sont utiles.