La médecine hyperbare ou oxygénothérapie hyperbare est une thérapie non invasive basée sur la respiration d’oxygène pur à 100 % ou de mélanges de gaz hyperoxygénés à l’intérieur d’une chambre hyperbare. De cette façon, en respirant de l’oxygène pur (ou le mélange prescrit par le médecin hyperbare) on stimule l’hyperoxygénation du sang et des cellules. En pratique, l’hyperoxygénation stimule, renforce et régénère la capacité de notre corps à réagir et à guérir des traumatismes et de certains types de maladies. Voyons ensemble comment elle fonctionne.

Qu’est-ce que la médecine hyperbare ?

La médecine hyperbare est une discipline médicale spécifique qui étudie et applique dans la pratique les effets thérapeutiques bénéfiques de l’oxygène sous haute pression et des atmosphères de haute pression en général.

médecine hyperbare

La médecine hyperbare repose sur un remède naturel : l’oxygène médical pur (100%) qui est appliqué sous pression augmentée ou hyperbare. Cette pression est supérieure à la pression atmosphérique qui est de 1 bar à la surface de la mer.

Cette branche relativement jeune de la médecine a émergé après avoir été séparée de la médecine sous-marine ou maritime. En plus de son rôle fondamental dans la prise en charge des plongeurs, la méthode d’oxygénothérapie hyperbare occupe une place de plus en plus importante dans presque toutes les branches de la médecine.

Ainsi, l’utilisation de l’oxygénation hyperbare, soit comme thérapie principale, soit comme thérapie supplémentaire, est devenue nécessaire dans les cas médicaux où, pour une raison quelconque, il y avait un déficit dans le transport de l’oxygène dans le corps.

Le premier traitement par caisson hyperbare connu remonte à 1930 , lorsque la marine américaine l’a utilisé pour traiter le mal de décompression. D’autres thérapies basées sur la saturation en oxygène sont apparues entre les années 1950 et 1960.

Médecine hyperbare : comment ça marche ?

L’oxygénothérapie hyperbare est une procédure ambulatoire, il n’est donc pas nécessaire de passer la nuit à l’hôpital. Le traitement dure généralement entre une et deux heures.

Certaines chambres hyperbares sont conçues pour une personne, tandis que d’autres sont conçues pour être partagées par plusieurs personnes. Au cours de la procédure, la pression atmosphérique augmente de deux à trois fois par rapport à la pression normale. Si vous partagez une chambre avec d’autres personnes, vous pouvez recevoir de l’oxygène pur à travers une cagoule ou un masque bien ajusté.

Dans la plupart des cas, la procédure n’a pas d’effets secondaires, mais vous pouvez ressentir une certaine pression sur vos yeux et vos oreilles, provoquant des changements de vision temporaires.

Le principe de la médecine hyperbare

Par le biais du système sanguin, environ 97,5 % de l’oxygène délivré aux tissus est lié à l’hémoglobine et seulement 2,5 % de l’oxygène est transporté par le plasma sanguin. Par conséquent, le rôle du plasma sanguin en tant que transporteur d’oxygène à une pression atmosphérique normale (normobare) est assez faible et l’oxygénation des tissus dépend principalement de la capacité de l’hémoglobine à lier l’oxygène.

Exposé à l’action de l’oxygène hyperbare, l’organisme réagit en créant certaines réactions adaptatives, qui se manifestent par des modifications de ses processus métaboliques. En inhalant de l’air, à pression normale, la saturation de l’hémoglobine en oxygène est de 97 %. Dans 100 ml de sang, il y a 19,5 % d’oxygène lié chimiquement à l’hémoglobine et 0,32 % % dissous dans le plasma. Si de l’oxygène pur est inhalé à une pression normale, 2,09 % est dissous dans le plasma.

Avec l’augmentation de la pression atmosphérique, en plus de la saturation normale de l’hémoglobine, la concentration d’oxygène dans le plasma, la lymphe et le liquide céphalo-rachidien augmente, atteignant un niveau allant jusqu’à 6,20 % dans 1 décilitre de plasma sanguin. Ce processus est basé sur les lois fondamentales sur la dissolution des gaz dans les liquides.

De nombreuses maladies sont basées sur l’hypoxie et l’hypoxémie (manque d’oxygène dans les organes, tissus et cellules). Comme le manque d’oxygène est fatal pour chaque cellule du corps, l’oxygène hyperbare est utilisé comme médicament et a pour tâche de corriger ces troubles.

Les applications de la médecine hyperbare

La médecine hyperbare a d’abord été utilisée principalement pour traiter les plongeurs souffrant d’un accident de décompression. Aujourd’hui, elle est également utilisée pour traiter l’intoxication au monoxyde de carbone et intervient dans le cadre du traitement d’un certain nombre de conditions médicales et chirurgicales.

Par exemple, cette thérapie peut jouer un rôle important dans la prise en charge des plaies chroniques et peut faire partie d’un plan de traitement qui comprend l’ablation chirurgicale des tissus morts d’une plaie, la prise d’antibiotiques, la kinésithérapie et le contrôle de l’alimentation.

L’oxygénation hyperbare est utilisée pour diverses pathologies dans diverses spécialités telles que la rhumatologie, la traumatologie, la neurologie, la clinique médicale et l’oncologie. Les pathologies suivantes requièrent très souvent l’utilisation de la médecine hyperbare :

  • accident de décompression;
  • embolie gazeuse artérielle (iatrogène ou barotraumatique);
  • gangrène gazeuse clostridiale;
  • infection aiguë et chronique des tissus mous d’étiologies diverses;
  • gangrène et ulcère chez le patient diabétique;
  • empoisonnement au monoxyde de carbone;
  • blessures par écrasement et syndrome des loges;
  • fractures à risque;
  • greffes de peau et lambeaux à risque;
  • ostéomyélite chronique réfractaire;
  • ulcères cutanés doublé d’une insuffisance artérielle et veineuse;
  • lésions tissulaires post-actiniques;
  • perte auditive soudaine;
  • ostéonécrose aseptique;
  • rétinopathie pigmentaire;
  • syndrome de Ménière;
  • syndrome algodystrophique;
  • maladie parodontale.

Quelles sont les précautions à prendre concernant la médecine hyperbare ?

Ne buvez pas d’alcool pendant huit heures avant le traitement. Prenez toujours un repas équilibré et complet avant le traitement, surtout si vous êtes diabétique. Absolument rien ne peut être apporté dans le caisson, y compris les lentilles de contact rigides et les prothèses auditives.

Il est préférable de laisser les objets de valeur à la maison ou de les confier à votre technicien pour qu’il les garde en lieu sûr. Le tabagisme et l’usage du tabac sont déconseillés car ils peuvent vous empêcher de bénéficier pleinement du traitement.

Utilisez la salle de bain avant le traitement pour éviter l’interruption du traitement. Un pot ou un urinoir peut être fourni, si nécessaire.

Quelles sont les contre-indications de la médecine hyperbare ?

Les contre-indications à l’utilisation de l’oxygénothérapie hyperbare en pratique médicale sont les suivantes :

  • des antécédents d’épilepsie;
  • la présence de cavités résiduelles (cavernes, abcès et kystes aériens) dans les poumons;
  • les formes sévères d’hypertension;
  • les maladies respiratoires aiguës;
  • la claustrophobie ;
  • l’hypersensibilité à l’oxygène.

Il est interdit d’introduire dans le caisson hyperbare tout matériel électrique, électronique ou facilement inflammable ou d’utiliser des produits à base de pétrole, y compris des cosmétiques. Hormis le risque d’incendie susmentionné, les risques liés à l’utilisation de la chambre hyperbare sont faibles.

Certains types de pathologies antérieures, telles que le pneumothorax ou la bronchopneumonie sévère, ou des thérapies médicamenteuses, notamment avec le disulfirame, la doxorubicine ou le cisplatine, excluent le recours à la thérapie hyperbare.

Son utilisation est également déconseillée en présence de maladies cardiaques, de fièvre, d’emphysème, de tumeurs et de barotraumatisme de l’oreille moyenne et pour les personnes souffrant de claustrophobie.

Les effets secondaires de la thérapie hyperbare

Les effets secondaires surviennent rarement avec l’OHB, mais certains patients développent des changements de vision temporaires après plusieurs semaines de traitement. Ils peuvent devenir myopes et avoir besoin de changer leurs lunettes. Si votre prescription change pendant le traitement, ne jetez pas vos anciennes lentilles correctrices, car votre vision reviendra à la normale quelques mois après le traitement.

Il existe un risque extrêmement rare que l’oxygénothérapie provoque des nausées ou des convulsions. Ces effets secondaires s’arrêtent immédiatement lorsque l’oxygène est remplacé par de l’air et ne causent pas de problèmes permanents. Il ne survient presque jamais chez les patients, sauf ceux qui ont une forte fièvre. Par conséquent, les techniciens prendront votre température tous les jours avant le traitement.