Le tabagisme s’est ringardisé. C’est en tout cas la conclusion que l’on peut tirer du dernier baromètre de Santé Publique France, publié fin mai 2020. Alors oui, le confinement a induit une légère hausse de la consommation des cigarettes notamment sur les premières semaines d’avril, mais la baisse reste historique sur les 6 dernières années, en France, mais aussi dans les autres pays de l’OCDE. On fait le point.

Une baisse historique du nombre de fumeurs en France

La consommation de cigarette est en très net recul dans les pays de l’OCDE, notamment la France et le Royaume-Uni. A l’occasion de la journée mondiale sans tabac du 31 mai dernier, Santé Publique France a livré des chiffres éloquents sur le tabagisme dans l’Hexagone : aujourd’hui, trois Français sur dix fument, dont 25% de manière quotidienne. Il s’agit d’un recul historique, entamé depuis la fin de l’année 2014, malgré un léger rebond pendant les premiers jours du confinement. Pour mesurer l’ampleur de la progression, il faut se rappeler l’objectif affiché en 2014 par le gouvernement : réduire de 10% le nombre de fumeurs quotidiens à l’horizon 2020… ce chiffre a largement été dépassé, puisque la baisse est plutôt de l’ordre de 16%.

Même le tabagisme féminin est en net recul. S’il baissait dans toutes les catégories de la population, le tabagisme réalisait en effet ses « meilleurs scores » chez les femmes depuis 1995. En 2019, 20,7 % des femmes françaises continuent de fumer… soit 2,2 points de moins qu’en 2018. Notons enfin que les disparités sociales restent un facteur décisif dans le tabagisme en France : les plus précaires sont ceux qui fument le plus. Selon Santé Publique France, les couches sociales les plus fragiles fument largement plus que les plus aisées (+12 %). De plus, il y a deux fois plus de fumeurs parmi les chômeurs.

Ces performances encourageantes dans la lutte contre le tabac s’expliquent par une dynamique positive portée à la fois par des mesures légales mais aussi l’émergence de produits de substitution :

  • La hausse du prix du paquet de cigarettes devrait atteindre les 10 € d’ici la fin de l’année ;
  • Le remboursement des patchs anti-tabac à hauteur de 65% par la Sécurité Sociale ;
  • L’interdiction de fumer dans les lieux publics ;
  • L’émergence de nouvelles alternatives sans nicotine. La marque Vaporesso est un des leaders de la cigarette électronique, par exemple. Ce n’est bien évidemment pas la seule et de nombreux concurrents se sont positionnés sur ce marché.
Cigarette

Au Royaume-Uni, le Covid a accéléré les sevrages tabagiques

Plus d’un million de Britanniques ont cessé de fumer depuis le début de la pandémie Covid-19, selon une enquête réalisée pour l’organisation caritative Action on Smoking and Health (Ash). Parmi ceux qui ont arrêté de fumer au cours des quatre derniers mois, 41 % ont déclaré que leur sevrage est directement lié au contexte pandémique. Par ailleurs, l’University College London (UCL) a constaté que la baisse constatée entre juin 2019 et juin 2020 n’a pas d’équivalent dans l’histoire du tabagisme dans le Royaume-Uni.

Il faut dire que le gouvernement britannique a beaucoup communiqué sur le fait que le tabagisme constituait un facteur aggravant de la Covid-19. Entre le 15 avril et le 20 juin, un échantillon représentatif de 10 000 personnes réalisé par le sondeur YouGov a été interrogé sur ses habitudes tabagiques. Les résultats ont été utilisés pour estimer le nombre total de personnes ayant cessé de fumer au Royaume-Uni. Un peu moins de la moitié des personnes qui ont arrêté de fumer au cours des quatre derniers mois ont déclaré que la pandémie avait joué un rôle dans leur décision. Cela peut être dû à une série de facteurs, notamment les préoccupations sanitaires, l’accès au tabac et la fermeture des lieux publics.

Depuis 2007, une équipe de l’University College London interroge chaque mois 1 000 personnes issues d’un pays de l’OCDE sur leurs habitudes tabagiques dans le cadre de l’étude « Smoking Toolkit ». D’ici à septembre 2020, 7,6 % des fumeurs participant à l’enquête auront arrêté de fumer, soit près d’un tiers de plus que la moyenne et la proportion la plus élevée depuis le début de l’enquête, il y a plus de dix ans. En moyenne, 5,9 % des fumeurs interrogés ont cessé de fumer chaque année depuis 2007.